Retour aux podcasts

Podcast avec Katharina Herzog

Katharina Herzog, Senior VP Group Finance & Tax est l'exemple parfait d'une réussite à la fois personnelle et professionnelle. Katharina partage son expérience et explique qu'aujourd'hui il est possible pour une femme ambitieuse de réussir et d'atteindre ses objectifs sans négliger pour autant un aspect de sa vie en particulier.

Photo Katharina Herzog

A propos de Katharina

Depuis 2007, Katharina a occupé différents postes au sein du département financier d'Hugo Boss AG. En 2014, elle devient Senior Vice President Group Finance & Tax, et devient responsable de toutes les fonctions financières, fiscales et de trésorerie du groupe. Katharina est aussi membre du conseil de surveillance en tant que représentante des cadres supérieurs depuis 2020. Avec son équipe, elle assure la conformité comptable et fiscale du groupe, élabore des processus et des directives uniformes pour les quelque 60 entités du groupe et soutient les clients internes dans la poursuite du développement des processus opérationnels mais aussi dans la mise en œuvre de la stratégie de croissance CLAIM 5. Son but principal est de mener à bien le développement des fonctions financières et fiscales en mettant l'accent sur la digitalisation et la standardisation des processus ainsi que sur le développement des collaborateurs.

Women in finance

Trouver votre équilibre pour développer votre carrière

Dans cet épisode Katharina explique pourquoi créer un équilibre vie personnelle et professionnelle pour pouvoir continuer à avancer. En tant que femme d'affaires et mère, elle a réussi à concilier son travail et sa vie familiale en fixant certaines règles, mais aussi grâce au soutien de son entreprise. Le changement culturel doit se faire à l'échelle de la société et le travail ne fait pas exception. Pour ce faire, les entreprises ont également leur rôle à jouer.

DÉCOUVRIR L'INTERVIEW DE KATHARINA

Les éléments essentiels

Carrière financière

1:07

En tant que financière, j'aime beaucoup me présenter avec des chiffres. Le premier chiffre est 400 : je fais partie des 400 employés de la division financière d'Hugo Boss. Le deuxième chiffre est le 15 : c'est le nombre d'années passé au sein de l'entreprise. Le chiffre suivant est le 4 : j'ai occupé quatre postes différents au sein de la division des finances depuis que j’ai rejoint Hugo Boss. Depuis 2014, j'occupe un poste de direction en tant que Vice-Présidente Senior, du Groupe Finance et Taxes. Je suis responsable de tous les sujets de comptabilité, de fiscalité et de trésorerie au sein du groupe Hugo Boss. Je peux vraiment admettre que j'aime vraiment la finance. Et ça depuis déjà plus de 20 ans, lorsque j’étudiais à l'université.

L'une de mes premières observations, lorsque j'ai commencé ma carrière, a été et l’est encore aujourd’hui, que la finance n'attire pas assez les étudiants. Beaucoup de mes collègues diplômés ont rejoint le domaine du conseil ou du marketing. La finance avait la réputation d'être très ennuyeuse et pas assez déplaisante. Malheureusement, c'est encore le cas aujourd'hui. Je suis d'un tout autre avis, pour moi les chiffres ne mentent pas. Et en tant que financier, vous aurez toujours un aperçu immédiat de comment l’entreprise se porte, vous pourrez établir un lien étroit avec celle-ci. J'ai une compréhension de A à Z de la chaîne de valeur et je soutiens de manière proactive l'entreprise et l'exécution de sa stratégie. J'aimerais que davantage de jeunes talents prennent conscience de cela et ne considèrent pas la finance comme un simple exercice de calcul. C'est aussi la raison pour laquelle j'essaie toujours de susciter la passion pour ce que je fais et de montrer qu'il est intéressant de travailler dans la finance.

Heureusement, la finance a évolué au cours des 20 dernières années. Il est vraiment intéressant de constater qu'il y a beaucoup d'écrits qui affirment que la finance va se lancer dans le voyage du digital. Mais encore une fois, à l'université, les professeurs enseignent toujours la finance d’une manière très ancienne et c'est le travail des professionnels de la finance de susciter la passion pour la finance.

Travail et Maternité

4:21

J'ai un avis très tranché sur la question, car je suis mère d'une petite fille et je veux être un modèle pour elle. En fait, j'ai donné naissance à ma fille assez tard, et j'occupais donc déjà le poste de SVP que j'occupe toujours aujourd'hui. Avec mon partenaire, nous sommes tombés d'accord sur le fait que le retour au travail était la meilleure option pour nous. Je n'ai pas passé 15 ans à travailler ma carrière pour qu’après avoir accouché, j’abandonne. Non, ce n'est pas moi. C'est pourquoi j'ai repris le travail assez rapidement, trois mois et demi seulement après l'accouchement.

C'est probablement tout à fait normal en France, mais c'est encore assez unique en Allemagne et j'ai donc dû faire face à certains doutes et questions critiques dans mon entourage. Encore une fois, mon mari et moi avons convenu dès le départ que nous allions nous en occuper à deux et que nous allions y arriver. Nous avons vraiment donné vie à ce projet et je suis vraiment reconnaissante qu’il ait réduit son temps de travail de 50 % au cours du premier mois avant que notre fille n'aille à la crèche. Nous avons vraiment partagé la semaine de travail en tant que partenaires. Je travaillais deux jours et demi et lui deux jours et demi, ce qui m'a permis de reprendre le travail seulement trois mois et demi après l'accouchement. Ma principale observation est que pour assumer le rôle de mère j’ai dû adopter le travail à temps partiel. Mais je ne dirais pas que c'est un mauvais résultat car, je travaille toujours à temps partiel. Je travaille quatre jours par semaine et cela me donne la possibilité de vraiment concilier vie familiale et vie professionnelle. Mais il faut vraiment être concentré, établir des priorités et utiliser son temps à bon escient.

Différences culturelles

7:06

Dans l’équipe financière d’Hugo Boss il y beaucoup de femmes et beaucoup d'entre elles sont des mères qui travaillent. Peu de temps après mon accouchement, j'ai discuté avec des collègues en Suisse et aux Pays-Bas, nos pays voisins européens où la situation est très différente. En Suisse et aux Pays-Bas, mes collègues ont repris le travail assez rapidement après leur accouchement et elles n'arrivaient pas à croire que c'était un problème aussi important en Allemagne. L'Allemagne semble donc être encore en retard à ce niveau là. En Allemagne, vous avez la possibilité de prendre un congé de maternité d'un an après l'accouchement et je dirais que la majorité des femmes l'utilisent pour rester à la maison.

Pour moi, il est très important d'avoir le soutien de son entreprise, quel que soit le pays. Je suis très heureuse que Hugo Boss soit un employeur très progressiste et m'ait soutenue dans mes efforts pour reprendre le travail après trois mois et demi. Ils m'ont aidée à trouver une crèche et dans deux mois, nous ouvrirons notre première crèche d'entreprise dans nos locaux. Je suis vraiment heureuse de travailler pour un employeur aussi attentionné et c'est vraiment crucial de nos jours car, malheureusement, les services de garde d'enfants et les structures d'accueil en Allemagne ne sont pas vraiment avancés et c'est un problème pour beaucoup de femmes qui souhaitent reprendre le travail après avoir donné naissance à un enfant.

Balance pro-perso

9:57

Il n'y a pas de recette secrète pour le succès. Vous devez trouver votre propre voie. Près de cinq ans après avoir accouché, je peux dire que pour moi le plus important c’est de convenir avec votre partenaire que l'égalité ne s'arrête pas après la naissance de l'enfant. La garde des enfants et l'entretien du foyer sont donc une activité commune. Vous devez absolument vous mettre d'accord sur ce point. Vous devez faire preuve de sagesse dans l'emploi de votre temps. Votre journée ne compte que 24 heures, la semaine ne compte que sept jours. Dépensez votre temps à bon escient et mettez en place des règles, apprenez à établir des priorités et respectez également le principe de Pareto. 80% c’est souvent suffisant, vous n'avez pas besoin de viser 110%. C'est ce qui m'a vraiment aidé à trouver mon équilibre intérieur et à accepter que c'est suffisant pour le moment.

Quotas pour l’égalité

11:16

Je dirais que fixer des quotas de femmes est une partie de la solution pour augmenter le nombre de femmes dans les conseils d'administration. Je crois fermement que si vous fixez des objectifs, vous devez suivre le processus de manière mesurable. Comme le dit Peter Drucker, "si vous ne pouvez pas le mesurer, vous ne pouvez pas le gérer". Toutefois, ces quotas ne sont qu'un élément permettant d'augmenter la part des femmes dans les postes de direction. Si vous regardez la Suède, par exemple, il y a 50 ans, ils ont mis en place des mesures pour équilibrer la vie familiale et professionnelle. Les pères contribuent beaucoup plus à la vie familiale, mais ils sont toujours en retard en ce qui concerne la part des talents féminins aux postes de direction. À mon avis, il s'agit donc d'une responsabilité collective, en tant que société dans son ensemble. Dans certains pays, cela nécessite d'abord un changement culturel et il faut briser les modèles de rôle traditionnels et remettre en question le statu quo. Comme je l'ai dit précédemment, en Allemagne, il s'agit de la garde des enfants. Les jeunes talents féminins veulent avoir une carrière et une famille et ce n'est pas l'un ou l'autre, elles veulent avoir les deux. Ce n’est qu’après avoir donné naissance à un enfant que vous vous rendez compte que vous n'avez pas de place pour la garde d'enfants. Alors que faire ? Certaines d'entre elles abandonnent vraiment et restent à la maison parce qu'elles sont profondément frustrées. Nous devons nous efforcer de créer un environnement plus favorable aux familles et d'impliquer plus souvent les pères dans la garde des enfants.

Mentorat

13:30

Il existe d'autres initiatives qui peuvent être mises en place pour aider les femmes. Le mentorat est vraiment un très bon exemple. Il est prouvé que 70 % des jeunes femmes se sentent plus sûres d'elles après avoir entendu un modèle féminin leur dire que ça marche vraiment. Je suis heureuse de dire que j'ai eu une femme mentor au début de ma carrière, elle m'a toujours soutenue et m'a toujours montré qu'il était possible d'avoir à la fois une carrière et une famille, car elle était mère de deux garçons. Mais il faut aussi avoir confiance en soi et se sentir suffisamment sûr de soi pour essayer de nouvelles méthodes qui pourraient vraiment être établies pour des bourses et des tables rondes ou des podcasts. C’est ce que nous faisons actuellement. Il est très important pour les jeunes femmes de ne pas copier pas leurs collègues masculins pour trouver sa propre voie et d'être authentique et fidèle à soi-même. C'est un voyage qu'il faut vivre soi-même et garder sa confiance intérieure, et le mentorat ou la fraternité peuvent être un bon soutien à cet égard.

J'ai eu une discussion avec une collègue sur le soutien des hommes envers les femmes. Nous sommes arrivées à la conclusion que pour aborder des sujets relatifs à la progression de la carrière des femmes et à la compatibilité entre la famille et la carrière, il est préférable d'en discuter dans un environnement sûr et avec des personnes qui comprennent vraiment la situation, comme c’est le cas de la plupart des femmes. Mais dans un second temps, il faut absolument que les hommes soutiennent les femmes. Nous disons toujours que nous avons besoin de plus de femmes ou de mères pour nous soutenir. Mais cela concerne aussi les hommes. Aujourd'hui je suis heureuse de dire que mon responsable, le directeur financier d'Hugo Boss, me soutient absolument. En partie car il est père de quatre filles.

Conseils aux jeunes générations

16:48
Si vous voulez réussir ou trouver votre place dans la finance, vous devez être authentique avec vous-même et trouver votre propre voie. Ne copiez pas vos collègues masculins et trouvez vraiment votre équilibre intérieur pour déployer tout votre potentiel. Car si vous avez décidé d'opter pour une carrière dans la finance, c'est pour une très bonne raison. Vous avez probablement déjà beaucoup appris à l'université. Soyez convaincu que vous pouvez y arriver. Essayez toujours, restez curieux, essayez d'apprendre de nouvelles choses, et le reste viendra si vous renforcez votre confiance intérieure dans votre capacité à réussir.

Jenji talks podcasts

Écouter Women in Finance

Elodie Hadjidakis podcast

Connaître sa valeur et la défendre

Épisode précédent
Muriel podcast

Travailler dans la finance, c'est savoir oser

Épisode suivant