Retour aux interviews vidéo

Interview avec Aurélie Clerc

Sur le thème People & Tech, Aurélie Clerc, Directrice de Cyber Booster nous explique comment la sécurisation des échanges et des activités, notamment numériques, est essentielle pour garantir la souveraineté des entreprises.

Aurélie Clerc (2)

People & Tech

À propos d'Aurélie

Aurélie Clerc est directrice de Cyber Booster, le premier startup studio dédié à la cybersécurité en France. Avant cela, Aurélie a travaillé pendant 17 ans, à La Française Des Jeux et a occupé le poste de Directrice de l'Innovation. Après une expérience en freelance, notamment dans l'écosystème Axeleo, elle rejoint Cyber Booster. 

Découvrir l'interview d'Aurélie

Les éléments essentiels

Je m'appelle Aurélie Clerc et je suis directrice de Cyber Booster. Cyber Booster, c'est le premier startup studio dédié à la cybersécurité en France et qui a été initié dans le cadre du Grand Défi Cybersécurité.

Transformation & Innovation

La première question, c'est pourquoi on va chercher de l'innovation à l'extérieur. Il y a des niveaux de maturité qui changent les intentions et du coup, les dispositifs à mettre en œuvre. Le digital aujourd'hui, on n'en parle même plus parce que c'est une évidence, il est partout. Mais la digitalisation a profondément challengé les acteurs historiques et leur a imposé d'aller s'approprier, s'acculturer à ce que c'est que le digital comment on met en place des outils, des méthodes différentes, etc. Et pour faire cette transformation, les grands groupes ont eu besoin d'aller être en prise avec ceux qui appréhendent le mieux le digital: les startups. D'où toutes ces politiques d'open innovation, qui sont mises en place pour dans un premier temps déjà, comprendre, s'acculturer, trouver des solutions etc. Aujourd'hui, l'enjeu pour les grands groupes, ce n’est pas seulement ça puisqu'on voit que le digital est partout dans les acteurs historiques, mais c'est comment on va passer à l'échelle, déployer davantage pour ce qu'on peut faire, dans la collaboration avec les startups. Donc trouver des solutions innovantes et créer de la valeur avec ces solutions innovantes au-delà de l'étape nécessaire, préalable de compréhension, d'acculturation, de transformation.

Tech & Talents

Ensuite, il y a d'autres enjeux. Il y a l'enjeu d'aller chercher les collaborateurs de demain, c'est aussi aller chercher des idées, des insights. S'ouvrir sur la population étudiante et les écoles propose de nombreuses opérations, aux grands groupes, Hackathons. Hackathons, c'est un peu daté, enfin des études que les grands groupes peuvent solliciter. Ça permet de nourrir aussi la marque employeur et de repérer les talents de demain puis il y a l'enjeu aussi d'aller chercher de la tech un peu plus en amont en termes de R et D. C'est d'autant plus le cas pour les entreprises technologiques, industrielles, etc. Et ça, ça peut être aussi s'ouvrir sur des labos, sur des instituts de recherche. Il y a aussi de nombreux dispositifs qui sont mis en place pour favoriser et faciliter ces mises en relation entre les acteurs historiques, grands groupes, puis les laboratoires ou les instituts de recherche.

Entrepreneur & Startup Studio

Le startup studio dont on parle beaucoup aujourd'hui en France, c'est E-founders. Le principe d'un startup studio, c'est d'identifier une problématique, un besoin. D'aller détourer, une solution, commencer à la dérisquer, à la valider. Puis, à ce moment-là, aller chercher une équipe fondatrice, un CEO, des cofondateurs, et s'investir à leurs côtés pour créer cette entreprise, la déployer et s'investir. Ça veut dire avoir des compétences qu'on met à disposition de cette nouvelle entreprise, cette nouvelle startup. Puis s'investir d'un point de vue capitalistique aussi, en étant parties prenantes du capital de la société. C'est exactement le modèle eFounders et d'autres, on peut citer Waoup, on peut en citer d'autres. Chez Cyber Booster, c'est un petit peu différent puisqu'on a bien une mission de startup studio dans l'adéquation entre les besoins du marché et les solutions qui vont être développées. On va identifier avec nos partenaires quels sont les besoins aujourd'hui, qui sont non couverts ou mal couverts par des solutions souveraines. On va aller chercher les porteurs de projets pour s'assurer effectivement qu'il y a bien un match, entre les besoins du marché et les solutions qui sont développées. Là ou c'est différent par rapport à un modèle classique, c'est qu'on n'est pas partie prenante du capital. On va apporter du financement, on va faciliter aussi les levées. C'est un petit peu notre mission et on ne sera pas parties prenantes. On n'a pas de service contre equity. On n'est pas partie prenante du capital des entreprises qu'on accompagne.

Ecosystem, Interaction & Sovereignty

La souveraineté, c'est une des missions du Cyber Booster. On doit contribuer aux enjeux de souveraineté. Quand on parle de souveraineté ce n'est pas que de la souveraineté technologique ou économique, c'est de la souveraineté tout court. Il suffit de regarder l'actualité, la géopolitique, pour comprendre qu'en sécurisant nos datas, nos échanges, nos activités digitales, on garantit la souveraineté de la France surtout en période des conflits actuels ou de la période présidentielle. On sait qu'il y a des risques qui peuvent arriver et ça va au-delà d'un risque technologique mais ça concerne bien l'équilibre de la société française. Donc c'est ça dont on parle de souveraineté. Et puis, du coup, l'enjeu de Cyber booster, c'est de contribuer à cette souveraineté-là en développant des solutions qui vont permettre de protéger l'ensemble des activités. Pour garantir cela, on va mettre ensemble différents acteurs, on va mettre ensemble des grands groupes qui vont identifier des besoins qui vont avoir des enjeux pour sécuriser leurs activités. Mais on va aussi mettre ensemble des acteurs plus institutionnels, comme l'ANSSI par exemple, l'Agence Nationale de Sécurité des Systèmes Informatiques, qui va apporter sa vision des risques, sa connaissance de ces risques-là, et aussi d'autres acteurs comme la DGA, de la Recherche, etc. L'idée c'est vraiment d'associer tout l'écosystème puisque le parti pris du Grand Défi Cyber, c'est de se dire on a un écosystème qui est riche on a un ensemble d'acteurs qui sont précieux, mais ce qui va manquer, ce qui peut manquer, c'est l'interaction entre ces acteurs. D'où un certain nombre d'initiatives. On peut parler du Campus Cyber qui ouvre en février, qui va réunir ces acteurs-là sous un même toit. Cyber Booster s'inscrit dans la même dynamique que de faire travailler ensemble, de mobiliser l'ensemble des compétences disponibles pour émuler l'initiative entrepreneuriale et multiplier les solutions souveraines. C’est-à-dire qui sont nées et qui sont qui ont un capital maîtrisé en France et en Europe. Ils ne dépendent pas exclusivement d'acteurs américains, chinois ou autres.

Cyber & Innovation

La cybersécurité aujourd'hui, il n'y a pas besoin d'être spécialiste pour en entendre parler, on en entend parler même au JT. Tout simplement parce que le digital est désormais partout. La data, la donnée circule de partout. Plus elle circule, plus il y a de risques d'attaques, plus il y a de failles de sécurité. Donc le risque est de plus en plus large. Je prenais connaissance notamment d'une étude d’Orange Cyberdéfense qui parlait de 42 attaques par mois en moyenne par entreprise. Donc il y a de plus en plus d'attaques qui ont un impact de plus en plus important, notamment sur l'activité économique des entreprises, mais aussi sur le fonctionnement des organisations. On peut parler des hôpitaux pendant le Covid, par exemple. Puis, ce qui est aussi assez marqué, c'est que les attaques se dirigent de plus en plus vers les PME et les TPE qui sont moins armées, moins outillées pour contraindre le risque cyber. Donc il y a clairement un risque qui augmente, les attaques sont de plus en plus nombreuses, de plus en plus virulentes. Il y a donc un besoin de disposer de davantage de solutions pour couvrir l'ensemble de ses risques.

Impact & Meaning

Être directrice de Cyber Booster, c'est vraiment trouver du sens dans les missions qui sont les nôtres aujourd'hui, puisqu'on a évoqué la question de souveraineté. Le travail qu'on fait, certes, c'est accélérer les startups, mais c'est aussi contribuer à cette souveraineté. En termes de sens et d'impact de notre travail, ça a du sens de faire ce que l'on fait et de mettre en œuvre ce qu'on est en train de mettre en œuvre. En ce qui concerne d'autres expériences qui ont été importantes et marquantes, dans mon parcours professionnel. Je pense au fait d'avoir créé au sein de la Française des Jeux la démarche d'open innovation d'avoir initié, de l'avoir structuré, de l'avoir développé à un moment de transformation digitale dans le cadre d'un plan stratégique qui avait comme mission vraiment d'assurer la transformation digitale de la Française des Jeux. C'était porté par Stéphane Pallez, qui est toujours PDG de la Française des Jeux. Dans ce cadre-là, initier cette démarche, la structurer et du coup, contribuer, comme d'autres initiatives, à la transformation de l'entreprise. C'était quelque chose de très, de très stimulant et de très enrichissant.

Jenji Talks vidéos

Dans les épisodes suivants

clara goldscheider 1

Clara Goldscheider

Responsable des campagnes digitales et de l'innovation, Unicef France

Regarder l'interview
alex-jpg

Alexandre Torbay

Co-fondateur, Keewe

Regarder l'interview
evantia

Evantia Giumba

EMEA Business Development Director, Amadeus

Regarder l'nterview